Drakengard : l’avant Nier

Comme j’aime beaucoup testé de nouvelles choses pour ce blog, j’ai décidé de republier un ancien article que j’avais écrit en 2004 (c’est pas tout jeune !!! ) quand j’officiais a l’époque en tant que rédacteur sur un site de RPG. Et comme pour coller à l’actualité l’article n’a pas été choisi au au hasard. Comme vous le savez sans doute, Squarenix vient d’annoncer Nier Replicant 1.22474487139 sur PS4 Xbox One et PC, une version « améliorer » de Nier Replicant sorti sur PS3. Le rapport avec drakengard ? Et bien oui il yen un : la série Nier est né d’une des fins alternative de Drakengard.

Je republie donc cet article tel qu’il a été écrit a l’époque sans aucune correction ou retouche. Enjoy !

A la base un projet d’Enix, réalisé par Cavia, Drag-on-Dragoon avait pour ambition le mélange des genres et pour but avoué de révolutionner le monde RPG et sortir de son carcan habituel de jeu traditionnel fait d’un groupe d’aventuriers près a parcourir le monde pour sauver la belle princesse. Je dois l’avouer je l’attendais au tournant ce fameux Drag on Dragoon. Mélange de Rpg et de panzer dragoon , mon émoi n’en etait que plus grand. Mais voila dès la sortie jap je me jette sur le fameux titre et DECEPTION. Je m’aperçois qu’après les éblouissantes cinématique et un bourrinage de 3 heures sur les champs de bataille ce jeu n’est qu’un Dynasty Warrior like revu a la sauce Chaos Legion pour l’ambiance gothique.Mais les choses n’étant jamais aussi simples que l’on souhaiterait et épris d’un masochisme aiguë (ou peut être le gout d’une amère revanche) je retente l’expérience en version US et je suis au regret de reconnaitre que j’ai revu et corrigé ma copie.

L’histoire.

Nous voici aux commandes de Caim, un guerrier de l’Union est qui aux prises avec l’armée de l’Empire depuis fort longtemps. L’Empire parvient jusqu’au portes du château de la déesse, Furiae de son prénom, une simple humaine dont le destin est de garder et protéger un des 4 Sceaux sacrés. Votre rôle est donc de protéger Furiae qui n’est rien de moins que la propre soeur de Caim. Seul contre tous et manquant de puissance pour repousser l’assaillant, le destin de Caim sera irrémédiablement changé lorsqu’il rencontre un dragon prisonnier de l’Empire avec lequel il fait un marché : un pacte ou la mort. Au vu de cet horrible chantage le dragon acepte non sans savoir que chacun a besoin de l’autre.Et c’est ainsi que leurs deux existences se voient donc liées à jamais. Les choses auraient été très simples si ce n’est un petit detail qui joue le role d’épée de Damocles : en effet les parents de Caim ont été tués par un dragon. Je vous laisse donc imaginer le cruel dilemme qui tiraille notre héros psychopathe assoiffé de vengeance.

Ne laissez aucun survivant !

Vous etes seul contre tous. voila en résumé à quoi vous attendre face aux hordes sauvages de soldats ne vous laissant aucun répit. La prise en main est assez simple et de nombreuses aides textuelles viendront vous conseiller servant ainsi de tutoriel pour optimiser au mieux vos combo dévastateurs. Et des combos vous allez en faire je vous le garantie. les armes ont une importance dans le jeu car non seulement elles sont l’élément de la victoire mais elles évoluent Et oui un peu a la manière d’Onimusha vos armes level up selon le nombres de victimes réalisées avec chacune d’entres elles. Ainsi vous augmentez leur forces et le nombres de combos possibles ainsi que leur attaques magiques. De plus tout le long de l’aventure vous en découvrirez de nouvelles classées en différentes catégories : épée, hache, épée longue, marteau de guerre etc…Il y en a 65 en tout ! à vous donc de toutes les retrouver sachant qu’elles vous permettront de débloquer la vrai fin ! Mais je m’égare. Les combats se font en deux parties : au sol et dans les air. Au sol vous etes aux commandes de Caim et devrez remplir les imperatifs de votre mission. Des bonus de terrains vous permettront egalement de faire un maximum de dégats ou encore de l’énergie car ici point de boutique ou de sort de soin. C’est la guerre !

Cependant des partenaire 3 au total vous soulageront dans votre lourde de tache de buter tout le monde pour peu que vous vous donniez la peine de faire les quetes necessaires afin qu’ils épousent votre juste (?) cause. A la manière d’invocations, ils viendront et déblayeront les passages difficiles. Somme toute, une aide precieuse tant les ennemis sont nombreux et par moments difficiles.Vous pourrez également faire appel au dragon mais selon la configuration du terrain celui ci ne pourra vous venir en aide. Dans les airs vous etes aux commandes du dragon et devrez shooter tout ce qui se trouve devant vous. Cette partie reprise de Panzer Dragoon est quand même bien moins réussie que son illustre modèle. c’est fort dommage d’ailleurs puisque la sensation de vol est très agréable et l’on dirige le monstre ailé avec une certaine aisance pour peu que l’on s’accoutume vite avec la prise en main un peu délicate au départ. Néanmoins le tout ne manque pas de dynamisme et vos ennemis seront nombreux et parfois difficiles à faire capituler.

Realisation

Encore une prouesse technique ! les cartes sont énormes, les décors variés malgré leur sobriété, savant compromis afin d’éviter les ralentissements selon le nombre d’ennemis affichés à l’écran.Les scènes cinématique sont toujours aussi bluffantes et l’on est même plus surpris tant nous sommes habitués par ce genre de prouesse technique. Le doublage est plus que correct mis à par la voix du dragon qui est somme toute acceptable mais n’arrive pas à la cheville de la version jap. Dommage que l’on ai pas eu droit de choisir la langue, comme il est possible de le faire dans des jeux comme Disgaea ou Castlevania. néanmoins on s’habitue assez vite jusqu’à en faire abstraction.

L’oscar du personnage le plus schyzo !

Les personnages, véritables marionnettes d’un drame en plusieurs actes n’ont rien à envier les uns au autres. Caim tout d’abord guidé uniquement par la vengeance et pour qui tous les moyens sont bons pour arriver à ses fins n’hésitant pas a pactiser avec le dragon et d’en ressentir les effets pervers puisque celui ci perd la faculté de parler. Inuart ensuite, meilleur ami de Caim et amoureux fou de Furiae est jaloux au possible n’hésitera pas non plus a se fourvoyer pour sa promise. Le dragon, personnalité à part entière pour qui les humains sont une énigme et accessoirement inutiles pour le monde , pactise avec un de ces derniers pour sa propre survie.Enfin les pact-partners, veritablement des seconds rôles primordiaux dans ce théâtre sanglant Caim rencontre ces personnages à qui il n’a rien n’a envier et qui tout comme lui ont pactisé avec des créatures mythiques afin de réaliser leur desseins.

Et le coté RPG ?

Voici le point essentiel auquel je vous venir. Pas évident de voir en ce titre, plutôt bourrin de prime abord, des éléments du RPG traditionnel. Certes il n’est comparable en rien avec un FF et pour cause. Cependant au fur et a mesure que les chapitres passent on va découvrir des personnalités intéressantes, une histoire profonde sur fond de lutte de pouvoir. Certes il faut sauver le monde, comme dans tous les rpg me direz vous, mais ce n’est pas la motivation première de Caim dont le coeur endurci par les combats ne desire que la vengeance et a just titre d’ailleurs puisque de nombreux rebondissements l’attendent. Les phases de dialogues sont constamment présentes dans jeu. Pendant que vous vous démenez sur le champ de bataille les personnages interviennent en même temps. Le dragon surtout qui de par son pacte avec Caim peut lire dans son coeur et s’interroge constamment sur la nature humaine ou encore vous encouragera à exterminer tout ce qui bouge ! Autre élément important propre au RPG : l’expérience : oui l’expérience est mise constamment en avant dans ce soft. Tout ou presque est sujet au level : le héros, les armes, le dragon et selon divers paramètres comme le temps des missions, le nombres de kill ou les combos max.

Alors?

Comme j’ai dit en debut de ce test, la possibilité de comprendre l’histoire m’a fait changer du tout au tout mon opinion sur ce jeu. De prime abord un jeu bourrin, l’histoire passionnante justifie cette étalage d’hémoglobine à tout va et il devient surprenant même que la soif de vengeance de Caim devienne votre, poussée par un compagnon ailé tantôt moraliste tantôt galvanisateur. De plus la relation des deux compagnons nous immerge dans un torrent de sentiments partagés. En bref plus qu’un mélange des genre ce Drakengard est une excellente réponse au Chaos legion de Capcom et au Dynasty Warrior de Koei.

Les + un scénario passionnant, des combats dynamiques, des personnages fascinants, la durée de vie
Les – le manque de phases de recherche et d’interaction
A propos Ninkusama 92 Articles
Principalement gamer et otaku je parle de jeux de mangas de mes coups de coeur et coups de gueule

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*